...
...

dimanche 5 janvier 2014

Quelques déclarations de hauts gradés au sujet des ET's

.
Pierre Guérin, astrophysicien :

"Le meilleur moyen de ne pas trouver de preuves est encore de ne pas en chercher"


M. Robert Galley, Ministre de la Défense français, déclara à la radio, le 21 février 1974 :

"Je dois dire que si les auditeurs pouvaient voir par eux-mêmes la masse de rapports arrivant de la gendarmerie chargée de mener les enquêtes, que nous faisons tous suivre au Centre National des Etudes Spatiales, ils verraient alors que tout cela est assez troublant.
Je crois que l'attitude d'esprit que l'on doit adopter vis-à-vis de ces phénomènes doit demeurer ouverte, c'est-à-dire qu'elle ne consiste pas à nier à priori.
Nos ancêtres des siècles précédents ont nié des quantités de choses qui nous paraissent aujourd'hui parfaitement élémentaires, qu'il s'agisse de la piézo-électricité, de l'électricité statique, sans parler d'un certain nombre de phénomènes liés à la biologie.
En fait, tout le développement de la science consiste à ce qu'à un instant déterminé on s'aperçoive que cinquante ans auparavant on ne savait rien et qu'on ne comprenait rien à la réalité des phénomènes."


Le Major E. J. Ruppelt, fut à la tête du "Project Blue Book" de l'U.S. Air Force, il a déclaré :


"Qu'est-ce qui constitue une preuve ?
Faut-il qu'un OVNI atterrisse à l'entrée du Pentagone, auprès des chefs d'état-major ?
Ou est-ce une preuve lorsqu'une station de radar au sol détecte des OVNIs, envoie une escadrille d'interception, que les pilotes voient l'OVNI, le prennent au radar et le voient s'éloigner à une vitesse fantastique ?
Est-ce une preuve seulement quand le pilote lui tire dessus et maintient sa version devant une cour martiale ?
Ceci ne constitue-t-il pas une preuve ?"


M. Dick D'Amato, spécialiste de la sûreté nationale et internationale pour le sénateur Robert Byrd et membre du Conseil National de la Sécurité (US), a déclaré en 1991 :

"...Une faction occulte du gouvernement, d'une puissance incroyable a tenu secrètes les informations sur les OVNIs et ils ont dépensé illégalement d'énormes sommes d'argent dans cette opération."


Le Dr Dino Dini, ingénieur spatial de la NASA, fit une révélation étonnante lors d'une émission télévisée suisse, en 1997, sur les OVNIs aperçus au cours du vol Apollo 11 :

Ces séquences furent effacées parce qu'il y avait là beaucoup de points qui ont surgi et qui faisaient partie de ce fameux Blue Book qui aurait dû être publié, avant qu'on change d'avis.
En fait, la réalité est la suivante : ce qu'Armstrong a vu était réel. Car partout où règne la confusion, au cours de la dernière guerre, pendant la guerre du Golfe, partout où le chaos se déclenche, apparaissent ces disques volants. Ceux-ci proviennent de stations postées près de la Terre. C'était donc juste de le dire, et nous avons dû le faire.
Neil Armstrong a vu des objets qui le suivaient, des vaisseaux spatiaux qui suivaient Apollo, et aussi des êtres vivants. Des vaisseaux ont également suivi les autres missions Apollo. C'est là une réalité attestée. C'est nous qui avons entravé le discours global, car nous avions reçu des instructions en ce sens.
Nous étions effrayés au plus haut point lorsque nous avons compris l'énorme différence qu'il y avait entre notre technique, notre science et celle des OVNIs.
Il est donc évident que cela nous a amenés à donner des avis négatifs, dans leur globalité. Indéniablement, le fait décevant est que nous n'avons pas d'explications, car notre science est encore pratiquement primitive en comparaison de celle de ces planètes d'où proviennent ces vaisseaux spatiaux.


Le Cosmonaute russe, Georgiy M. Grechko qui a participé à plusieurs missions Soyuz et Salyut, a déclaré :

"Si j'étais libre de dire ce que j'ai vu dans l'espace, le monde en serait stupéfait."


Le physicien Stephen Hawking, invité à la Maison Blanche, a déclaré à la télévision le 6 mars 1998 :

"Bien sûr, il est possible que les OVNIs contiennent réellement des extraterrestres comme le pensent beaucoup de gens, et que le gouvernement le cache."


M. Gabriel Voisin, constructeur aéronautique, pionnier de l'aviation :

"Ces explorateurs extra-terrestres sont séparés de nous par une barrière plus infranchissable que l'Himalaya : notre retard technique et notre plus haute ignorance."


Henry Kissinger, à Evian, le 21 mai 1992, déclara :

"Aujourd'hui, les américains seraient outrés si les troupes des Nations Unies entraient dans Los Angeles pour rétablir l'ordre.
Demain, ils leur en seront reconnaissants ! Ceci est spécialement vrai si on leur disait qu'il existe une menace extérieure, réelle ou fictive, mettant en péril notre existence même.
Alors tous les peuples du monde supplieront leurs dirigeants de les délivrer de ce mal.
Tout le monde craint l'inconnu. Quand les gens connaîtront ce scénario, ils abandonneront leurs droits individuels en échange de la protection de leur bien-être par les gouvernements.
Il me semble évident que les gens ne sont pas prêts à entendre tout ce que savent certains de nos dirigeants.
Peut-être que nos visiteurs extraterrestres peuvent décider qui est prêt pour la vérité et qui ne l'est pas. Peut-être est-ce une question de choix individuel."


En 1985, Le Major Gordon Cooper fit une déclaration solennelle aux Nations Unies :

"Je crois que ces vaisseaux extraterrestres et leurs équipages qui visitent la Terre à partir d'autres planètes sont d'une manière évidente un peu plus avancés technologiquement que nous.
Je pense que nous avons besoin d'un programme coordonné de très haut niveau pour collecter et analyser scientifiquement les données de l'ensemble de la planète sur les différents types de rencontre afin de déterminer comment interagir au mieux avec nos visiteurs d'une manière amicale.
Nous devrions tout d'abord leur montrer que nous avons appris à résoudre nos problèmes de manière pacifique plutôt que par la guerre, avant d'être acceptés en tant que membre à part entière de l'équipe universelle.
Cette admission offrirait à notre monde de fantastiques possibilités de progrès dans tous les domaines.
Il semblerait alors certain que les Nations Unies possèdent un droit acquis à traiter ce sujet de façon appropriée et rapide.
Pendant des années, j'ai vécu avec un secret, le secret imposé à tous les spécialistes et les astronautes.
Je peux maintenant révéler que chaque jour, aux Etats-Unis, nos radars repèrent des objets de forme et de nature inconnues.
Et il y a des milliers de rapports de témoins et quantités de documents qui le prouvent, mais personne ne veut les rendre publics.
Pourquoi ? Parce que les autorités ont peur que les gens imaginent une espèce d'horribles envahisseurs.
Donc le maître mot demeure : Nous devons éviter la panique à tout prix."

Source: http://lapenseedujour.blogspot.ca/2001/03/pierre-gurin-astrophysicien-le.html