...
...

lundi 3 décembre 2012

NASA: Communication de Décembre 2012: Le Rover Mars Curiosity, a fait une découverte potentiellement explosive.

auteur: Josh Voorhees
(trad Mala)
«Curiosity est à la hauteur de son nom. Le rover de la NASA tournant actuellement sur lui-même autour de Mars a apparemment renvoyé des données très intéressantes de la planète rouge sous la forme d'un échantillon de sol qui montre ... eh bien, quelque chose. Depuis les sons de celui-ci , quelque chose de grand. Mais pour le moment du moins, c'est tout ce que quelqu'un est prêt à dire.
Les scientifiques du Laboratoire Jet Propulsion de la NASA à Pasadena, gardent leurs lèvres scellées pour le moment alors qu'ils exécutent des tests supplémentaires afin de s'assurer que la découverte tient la route. Cela, cependant, n'a pas empêcher l'un des leaders de la mission de spéculer haut et fort que ce sera celle qui réécrit au moins une partie de ce que nous savons de l'univers.
«Ces données vont être un jour dans les livres d'histoire», John Grotzinger, chercheur principal de la mission rover, a déclaré à NPR la semaine dernière 'for a the buzz-inciting segment' qui a été diffusé aujourd'hui: "Ça regarde vraiment bien."
Ce que nous savons, c'est que les données proviennent d'un échantillon de sol analysé par le 'rover's Sample Analysis at Mars instrument', un laboratoire à bord connu sous le nom de SAM, donc si les données peuvent tenir jusqu'à d'autres tests, il semble possible, voire probable, qu'il s'agisse d'une découverte d'un élément sur Mars qu'on pensait ne pas exister sur la planète rouge.
Bien sûr, la raison (surtout) pour laquelle la NASA maintient la découverte potentielle sous le boisseau est parce qu'il peut se révéler que ce ne soit qu'une fausse alerte, quelque chose qui est déjà arrivé à la mission. NPR explique:
Alors, pourquoi Grotzinger ne veut-il partager ces nouvelles excitantes? La raison principale est la prudence. Grotzinger et son équipe 'were almost stung once before'. Quand SAM aanalysé un échantillon d'air, il semblait qu'il y avait méthane en elle, et ici, sur Terre, un peu de méthane provient des organismes vivants. Mais Grotzinger dit qu'ils ont tenus jusqu'à l'annonce la conclusion, car ils voulaient être sûrs qu'ils mesuraient de l'air martien, et non de l'air apporté du 'launchpad' du rover à Cap Canaveral.
«Nous savions dès le début que nous avions ce risque d'avoir apporté de l'air de la Floride. Et nous avions besoin de le diminuer, puis, d'effectuer la mesure à nouveau," dit-il. Et quand ils ont fait de nouveau la mesure, les signes de méthane avaient disparus.
Mais le simple fait que Grotzinger soit disposé à parler si ouvertement (et avec excitation) à propos de la découverte possible à la lumière du passé semble indiquer qu'il a une bonne dose de confiance que cela tiendra jusqu'à des essais complémentaires.
Pas un mot sur combien de temps exactement il faudra avant que nous en apprenions davantage, mais Grotzinger a dit à NPR qu'il faudra sans doute "plusieurs semaines" avant que lui et son équipe soient prêts à les rendre public. Jusque-là, n'hésitez pas à faire des commentaires avec vos meilleures (ou pires) suppositions. "