...
...

dimanche 16 janvier 2011

Col. Philip Corso, nouvelle année nouvelle opportunité

Paola Harris - Col. Philip Corso - Maurizio Baiata

De Paola Harris:
"Il est temps d'avertir le public ..." Astronaute Edgar Mitchell. Apollo 14.
"Donnez cette information à tous les jeunes dans le monde, et dans ce pays.
"Ils désirent l'entendre..." Colonel Philip Corso.
C'est une nouvelle année 2007 sur cette belle planète, en proie à un désastre écologique global (troisième année de record de chaleur) et à une menace de possible destruction par attaque nucléaire. La bataille ne s'est jamais arrêtée et cependant, nous en sommes encore à observer et rendre visite.
Sur le plan ufologique, deux incroyables documentaires sont apparus aux Etats-Unis, le premier, "les fastwalkers" (marcheurs rapides), qui repose sur un thème spirituel, avec quelques chercheurs importants, tels que Stephen Greer, Stanton Friedman, et le Sergent Major Robert Dean. Mais l'apparition de Monseigneur Balducci est une première dans cette étude. Il représente, en partie, la sagesse non conventionnelle de ces gens extraordinaires, que j'ai rencontrés de par le monde. Il est un des "nôtres".
Le second DVD est appelé: "L'histoire la plus énorme, jamais mise en doute" qui est une pièce maîtresse dans l'édition, de José Escamilla. Il contient tous les témoignages militaires inclus dans le projet de 2002, "Disclosure (Révélation)" sur les OVNI, en audio. La musique de fond est incroyablement belle, mais ce qui m'a le plus impressionné, ce sont les 2500 heures de reportages ininterrompus, et les films de la Nasa, de Martyn Stubbs. On entend les voix des techniciens dans la salle de contrôle de la Nasa disant aux astronautes: "...Oui, nous interceptons le véhicule alien ..." OUI, LE VEHICULE ALIEN.
La seconde chose est le tribut, que je dois, à notre très cher ami: le Colonel Philip Corso qui disait: "Donnez cette information à tous les jeunes dans le monde et dans ce Pays; Ils désirent l'entendre. Ils désirent qu'on leur donne. Ne la cachez pas et racontez leur, les mensonges et les histoires. Ils ne sont pas stupides."
Je sais que je parle au nom de toute la rédaction de "Area 51", quand je dis: "C'est ce que nous faisons, Colonel"
Voici, l'interview original que le Colonel Corso a donné à l'éditeur Maurizio Baita, en 1998, dans un hôtel à Rome. Je m'en rappelle très bien.
Colonel Corso:
Je voudrais juste mentionner les crop-circles, les mutilations d'animaux et les enlèvements d'humains. Quand j'étais chef de la division de la Technologie Etrangère, un jour je suis allé voir le Général, et il fut convenu que nous commencerions nos projets dans l'armée, selon ces trois sujets, les crop-circles, les mutilations et les enlèvements, mais nous ne les étudiâmes pas. Nous laissâmes les rapports de côté, parce que le principal objectif de ce temps -là, c'était les armes de guerre. Nous voulions augmenter l'efficacité de l'armée, dans ce domaine. Pour les Etres, peu importait s'ils étaient réels ou non, ou s'ils étaient là par accident, ou par décision. Notre préoccupation était que s'ils existaient, nous étions prêts. Nous ne voulions pas rester assis comme des humains stupides, et dire qu'ils n'étaient pas là. Nous devions travailler en assumant qu'ils étaient là et qu'ils pouvaient être des ennemis. Donc, je dis au général, que les principales décisions à prendre, dépendaient de cela et que j'avais le temps hardiment de faire ce que j'avais à faire. Pourtant je voulais lire les documents, parce que je n'en avais que pour une minute ou deux. Je dis: "Je vais garder ces rapports, et les étudier, mais ne faites rien à ce sujet". Nous collectionnions seulement l'information et pendant des années, nous avons rassemblé des documents à la Maison Blanche, au sujet des mutilations. Nous les connaissions. Nous décidâmes que les crop-circles n'étaient rien d'autre que des circuits intégrés. Quand nous utilisions un circuit intégré, ils nous donnaient un message. Pour les enlèvements, nous arrivâmes à la conclusion, qu'ils étaient réels, mais que nous ne pouvions nous en mêler. Nous recevions du matériel, c'est ainsi que j'ai obtenu deux implants. Il y avait aussi d'autres implants, dont je n'ai jamais parlé, et que nous savions réels. On ne pouvait les prendre dans la main, parce qu'ils étaient microscopiques, mais ils existaient..
Dans le futur, il faudra s 'y intéresser. Je travaillais dans ce domaine ,aussi je savais qu 'ils existaient. C'était vrai. Je ne pense pas qu'aucune autre personne ne peut en dire autant. Les autres n'étaient pas au courant.. Ils ne recevaient pas les rapports. Ils n' avaient pas accès à eux.
Ils parlaient avec les enlevés et ils les critiquaient, en disant que c'était des hallucinations, de l'auto-hypnose, et finalement qu'ils étaient fous. Comment peut-on changer cela? Bon, si je dis que cet enlevé a deux implants, cela sonne vrai. Vous pouvez dire que c'est le Colonel Corso, qui vous l'a affirmé. C'est un sujet, sur lequel, nous n'avons jamais rien dit.. Nous n'en voyions pas la nécessité. Nous étions tellement occupés! Ce n'était pas à moi de le faire. Nous dépensions de l'argent sur le développement de la vision de nuit, des millions de dollars. C'était un produit de guerre. Les soldats du Viet Nam pouvait voir l'ennemi, la nuit. Les lasers, les fibres optiques étaient les buts principaux de notre organisation. L' extraterrestre lui-même, fut le plus grand cadeau qu'ils nous ont donné et nous n'avons rien fait avec cela. Qui en est responsable? Je peux dire que JE n'ai rien fait avec cela. Aussi dans mes vieux jours, je me sens coupable, et j'écris tout cela, maintenant. Je me rends compte que des experts auraient du venir et examiner cette entité, cet être. Je ne sais rien de ses poumons, de son système lymphatique, de son corps. Cet être était avant tout, une entité biologique. Toutes ces histoires de clonage, ne sont pas acceptées par la religion, elles veulent dire que l'homme désire vivre indéfiniment, ce ne sont que foutaises. Ce clone avait été fait dans un autre but, celui de voyager dans l'espace. Ils désiraient voir comment est, l'espace. Ils vinrent ici. Sans la connexion du clone avec sa soucoupe volante, ils n'auraient jamais pu venir ici.
-Nous attaqueront-ils ?
-Je n'ai aucune raison d'affirmer qu'ils ne nous attaquerons pas, mais du point de vue d'un militaire, je dois être prêt à toute attaque. Si je ne le suis pas, je suis négligent et je ne suis pas digne de porter l'uniforme militaire. Vous devez être prêt à toute éventualité ou vous serez détruit et votre pays également. S'ils s'engagent dans une guerre, nous avons besoin de réaliser que leur super-intellect est sur un niveau différent et je ne pense pas qu'ils combattront, comme nous, avec des bombes et des canons. Pourquoi? Ils ne peuvent pas transporter suffisamment de bombes et de canons dans leurs vaisseaux spatiaux, pour se battre avec nous. Ils peuvent nous combattre physiquement, avec quelque chose, qui n'a pas de poids, comme une espèce d'arme biologique. Je pense qu'un super-intellect nous combattrait de cette manière. Utiliser des bombes et des canons serait se battre comme des barbares. Le problème est que les êtres humains, qui envisagent ce scénario, pensent comme des êtres humains et non pas comme les aliens. Une erreur que j'ai faite, en est un exemple. J'avais un objet ressemblant à un crayon, qui avait été récupéré à Roswell, et comme il ne marchait pas, j'ai cru que les piles étaient usées et je l'ai jeté. C'était stupide! Comme si une super-race utiliserait des piles qui ne pouvaient durer que deux mois! C'était ridicule de le penser et cependant ça m'est arrivé! Mais je peux vous dire ce que les Britanniques de l'Intelligence Service m'ont appris, il y a des années: "oui, vous pouvez faire attention aux cibles et aux choses comme cela, mais la chose principale, qu'il faut examiner, ce sont les intentions!". Ils avaient raison. Vous gagnez si vous connaissez les intentions de l'ennemi, et non avec une bombe. Pour construire la mosaïque, je dois imaginer dans mon propre cerveau: "Quelles sont leurs intentions?" Naturellement, je ferai des erreurs, parce que je n'en sais pas assez sur eux. Mais pourtant, je dois essayer. Cette nouvelle science essaiera et corrigera les erreurs, faites par manque de connaissance. Et c'est ainsi que je pense, que nous devons faire, à l'avenir. Je n'ai jamais parlé de ceci à personne, seulement peut-être avec un ou deux scientifiques amis, mais habituellement, je ne le fais pas. Mes amis scientifiques m'appellent et savez-vous pourquoi ils m'appellent? Parce que dans mon livre, j'affirme que l'extraterrestre faisait partie de la soucoupe volante C'est tout. Ce sont d'autres intelligences. Ils sont en avance sur nous. Ils l'ont prouvé. Pour une simple raison. Ils peuvent voler dans l'espace et nous ne le pouvons pas. Finalement le plus grand cadeau était l'Extraterrestre, pas le matériel.".

source: http://www.paolaharris.com/Nouvelle-Annee.htm