...
...

dimanche 16 janvier 2011

Une conversation téléphonique historique entre un médecin du Colorado et le Colonel Philip Corso en 1998.

(trad.Mala)
.
Dr. X: Bonjour colonel. Merci de parler avec moi. Que pouvez-vous me dire de ce que vous avez vu?
Corso: Ma connaissance du corps extraterrestre et comment la peau a été composée et tout. Et je travaille actuellement sur ce que les cloneurs lui ont fait, que lui ont-ils fait précisément pour qu'il soit comme il est
.
Dr. X: Je vois.
Corso: Parce que j'ai été vraiment très négligent sur ce point, vous savez, et j'ai toujours pensé que les artéfacts que nous avions étaient importants, mais le plus important don qu'ils nous ont fait, c'est le corps, ce corps extraterrestre, et je suis le seul pouvant être considéré comme responsable mais je n'ai pas fait assez. J'ai commencé un projet sur ce point.
.
Dr. X: D'accord
Corso: Parce que c'était le plus beau cadeau qu'ils nous ont donné. C'est un merveilleux travail  de clonage. C'est un humanoïde, vous savez,et ils l'ont fait avec un design spécifique pour le voyage dans l'espace. Il était une merveille. Et je n'ai rien fait à ce sujet. J'étais totalement orienté vers le matériel, l'armement et des choses de ce type. I was sort of remiss on this et je me le reproche. J'ai eu le talent, j'ai eu l'organisation et j'ai eu l'argent pour le faire. Mais je ne l'ai pas fait.
.
Dr. X: Avons-nous encore ce corps?
Corso: Non, ils se sont fanés très vite. Ce que j'ai fait dernièrement est de me souvenir. J'ai été très chanceux et je remercie ma mère et mon père d'avoir eu un type de cerveau photographiques.
.
Dr. X: Je vois.
Corso: je me suis souvenu au cours des derniers mois, de tout ce que je sais sur le corps, les rapports d'autopsies et ainsi de suite. De là, j'ai recomposer ce qu'ils ont construits et comment ils l'ont fait. Et cela pourrait être utile, j'ai quelques amis scientifique, c'est vraiment suffisant pour s'en occuper. Et j'ai inversé le fait, qu'est-ce que les cloneurs ont prit comme modèle? My own doctor, here who operated on my stomach and Dr. M and he is one of the best. Et quand je lui ai montré la photo de l'extra-terrestre et ce qu'ils lui ont fait pour le voyage dans l'espace, et quand il regarda l'image, il dit: "Eh bien, quelqu'un a résolu le problème." C'était juste.


Dr. X: Oui.
Corso: Donc, nous devons résoudre ce problème. Nous devons revenir à çà. L'homme ne peut voyager dans l'espace. Ce sera donc la prochaine chose.
.
Dr. X: Bien. Revenons à l'item du laser. Pensez-vous que cet appareil est ce qui a été utilisé sur les mutilations de bétail?
Corso: Oui, j'ai eu deux appareils. Un dont j'ai parlé un peu, et l'autre, je n'en ai pas parlé. Mais je l'ai mentionné, je l'ai décrit dans cette lettre que je vous envoie.
.
Dr. X: Ok,très bien.
Corso: It could repel human cells.  Cells. Il fait quelque chose pour les cellules. Et c'est dans la lettre, également, que je vous envoie. I am taking you away from your patients.
.
Dr. X: Non, pas du tout. Nous venons d'avoir une petite réunion de bureau ce matin et nous nous préparons pour la semaine prochaine. Phil, ces objets sont toujours là ou quoi. Où sont-ils?
Corso: Eh bien, je l'ai mis dans la lettre que j'ai fait avec ces two pen-like objects (ces deux objets qui ont l'air de stylos). I had. On both objects, like a typical thinking of a stupid human being, je pensais que les piles étaient mortes. They couldn’t come on. Et quand je les ait pris à un laboratoire radiologique à Fort Belvoir. Nous avons mis des radiations d'ondes de basses fréquences sur eux,  and they came on. Et comme un homme stupide, je pensais que les piles étaient mortes. Vous savez, la pensée classique, and I finally took them down there and they came on  et ce sont de merveilleux instruments. Je les ai remis. Le général m'a demandé de les transmettre au laboratoire de Walter Reed et de là ils les ont envoyés à Fort Monmouth. Et vous voyez la façon dont je fonctionne, j'ai écrit les propositions and we’d farm these out to people working on these things. C'est ainsi que nous avons fait toute l'opération. Eh bien, vous avez lu le livre et vous voyez comment nous avons fait et nous avons eu à couvrir nos pistes parce que l'opposition était à la recherche de notre gorge. Je pense que nous avons fait un bon travail de couverture de nos pistes.
Now this thing was with Bell Laboratory.
.
Dr. X: Oui.
Corso: Eh bien je leur ai donné le transistor et je leur ai donné le circuit intégré. Donc, c'est vrai. Nous ne demandons pas quelque chose pour cela, nous étions militaires. Nous ne pouvions pas le mettre sur le marché ou faire de l'argent à partir de cela. Nous l'avons donné aux gens avec la disposition selon laquelle ils aient  un feed-back pour nous, pour l'avantage concurrentiel de l'armée, puis  pour le donner à la population. C'était les seules dispositions que nous avons prises, et puis nous les ont financés.
.
Dr. X: Je vois.
Corso: Et si elles pouvaient faire de l'argent, ce n'était pas notre préoccupation à tous. Just so they put it out. Voyez-vous, c'est la façon dont nous avons opérés à l'époque. Et je pense qu'ils étaient assez intelligents pour savoir ça et ils l'ont utilisé, mais nous voulions l'utiliser.
.
Dr. X: Est-ce que  la découpe au laser est de retour dans l'ingénierie de nos jours ou est-elle encore en sommeil?
Corso: Je ne suis pas sûr. Dr L. m'a raconté une histoire. Peut-être savez-vous cela: En 1960, un groupe d'Américains observaient des médecins russes. Ils les ont emmenés à l'hôpital assistés à une opération en cours . Et les médecins américains ont reculés. Ils ont dit qu'il y aurait su sang partout. Le médecin a dit:" Oh, non". Ils avaient donc un instrument qu'ils ont utilisés et pas de sang n'est sorti, ils ont coupé et sceller in fact ils voulaient cet instrument et les médecins Russes ont discutés et a dit «non». Alors ils sont allés au centre-ville. Ils sont allés au centre-ville à un de ces magasins de fournitures médicales et ils ont vu un de ces instruments et ils l'ont acheté. Ils l'ont ramenée ici et les Russes sued them. Mais le juge américain a tranché en faveur des médecins. Et puis, mon médecin me regarde, et dit: «Phil, j'ai utilisé cet instrument sur vous"; sur mon ventre et ils ont coupé et scellé. Je ne sais pas si vous êtes familier avec ça.
.
Dr. X: Est-il possible de lui parler?
Corso: Oh, oui. Je vais le voir,ici, dans un jour ou deux et je lui dirai. Vous voyez ce médecin, lui et moi sommes de bons amis en plus d'être mon médecin. Il m'a sauvé la vie, vraiment. Nous sommes de bons amis. Il est un chirurgien vasculaire. Lui et moi avons discuté du système lymphatique de l'EBE.
.
Dr. X: Oui, à ce sujet?
Corso: C'est différent dans les extraterrestres que chez l'homme.
.
Dr. X: Je vois.
Corso: Ils ne sont pas comme les humains. Alors, j'aimerais en discuter avec lui car après tout, avec un médecin, et il est un expert en la matière et nous en discutons souvent.


Dr. X: Je voudrais vraiment en parler à votre médecin car lui et moi pouvons avoir une discussion "de médecin à médecin", vraiment de la coupe du tissu et ce domaine par lequel je suis vraiment fasciné .
Corso: Je pense que dans le livre je l'ai mentionné,le Dr.Castellani, quand j'étais à Rome, j'ai été chef du renseignement de sécurité et de l'intelligence service. Je suis devenu très ami avec lui and he was in his 60’s then I was in my 20’s . Il était célèbre avec les onguents Casellani et il m'a dit ce que les onguents étaient et ils laissent les corps se reposer. Et aussi il a dit que la peau des patients traités à la pénicilline est devenue pire. Je suis descendu et j'ai vu le garçon.C'est un de mes hommes, et il m'a dit qu'il était pire. Alors j'ai dit à mon chauffeur de prendre ma voiture et de revenir chercher le professeur Castellani. Et il le conduisit à l'hôpital américain. Environ une demi-heure plus tard, je reçois un appel du professeur Castellani dans mon bureau, et il dit:"Corso, je vous retourne votre homme au travail demain". Et je lui ai demandé quel était le problème avec lui Doc? Il dit: «C'est très simple. J'ai mis la pommade sur ses cheveux. Il était allergique à ses propres pellicules. Maintenant, c'est beaucoup mieux ". Et il guérit le garçon en un jour. C'est le genre d'homme qu'il était. Ils ont tenu un petit dispensaire à Rome pour les pauvres. L'homme pourrait sans doute travailler pour n'importe quel hôpital dans le monde, mais il ne l'a pas fait. J'avais l'habitude de lui envoyer un lot de fournitures médicales de l'hôpital et il est très reconnaissant pour cela. Et je livrais de la pénicilline à la faveur de raids et la pénicilline à l'époque était plus précieuse que l'or. Et je voulais lui envoyer de la pénicilline et quand il en avait vraiment besoin, je pouvais obtenir quelque chose de l'hôpital des États-Unis pour lui. Parce que j'étais en charge de la sécurité et du renseignement vous savez. Et je pouvais faire des choses comme ça. Il savait et n'importe quand n'importe quoi pour un de mes gars, il était toujours là pour moi.
.
Dr. X: C'est incroyable Phil, encore une chose où sont ces objets coupants maintenant?
Corso: Je ne sais pas, docteur. Je suis à la retraite depuis 1963. Mais depuis que j'ai eu les objets et les rapports, le temps a passé. Comme je le dis aux gens ici dans mes conférences, et vous devez vous rappeler que nous étions officiers de l'armée. Le matériel n'était pas le mien et ne m'appartient pas. Je n'avais pas le droit de le voler ou de le prendre car il n'était pas vraiment à moi. J'étais dans l'Intelligence, j'étais le genre de gars qui était censé empêcher les gens de voler  l'armée.
.
Dr. X: Oui. Je sais.
 Corso: En ces jours, il y avait encore beaucoup d'honnêteté et d'intégrité tout autour. Et je les ai donnés aux gens qui étaient censés les avoir et les utiliser. Nous avons fait la première pompe cardiaque  et le premier respirateur, vous savez. Nous avons fait cela dans l'armée.
.
Dr. X: Je ne savais pas cela.
Corso: J'ai des dépliants qui décrivent cela. Nous avons fait la première pompe cardiaque et le premier respirateur. Vous savez pour toutes les Armées dans le monde. La plupart des gens ne le savent pas. Cela est mentionné dans ce nouveau livre.
.
Dr. X: Je voudrais l'avoir.
Corso: Je vais l'envoyer à votre domicile. Je vais l'envoyer aujourd'hui.
.
Dr. X: Je vous remercie beaucoup.
Corso: Habituellement je ne fais pas avec les gens qui sont sceptiques et les debunkers. Je leur dis toujours, je ne veux pas vous priver de votre bêtise à mon sujet. Je ne vais même pas vous répondre.
.
Dr. X:  I hope to personally, hopefully to see your lecture some time.
Corso: Quand vous recevrez cette lettre, examinez-la et alors nous pourrons parler à partir de là
.
Dr. X: Est-ce votre adresse?
Corso: Oui, sur la lettre. C'est ok. Eh bien, je vous remercie pour votre soutien.


Dr. X: Je vous remercie de m'avoir appelé. Je suis content que vous l'ayez fait.
Corso: J'ai pris une chance de vous appeler. Le plaisir est vraiment pour moi. Je vous remercie beaucoup. Bye, bye.
.
Il est important de comprendre qu'il était presque impossible pour le médecin du Colorado de rejoindre le docteur du Col.Corso bien qu'il ait essayé. À son crédit, il s'est rendu compte que les implications de cet appel téléphonique sont historique. Il m'a donné  la bande et j'ai eu l'audio transcrit et c'est ma conviction que ce sont toutes des pièces du "back-engineering" puzzle. Cet instrument médical en forme de stylo a été placé dans le courant quelque part. Comme le colonel Corso en parle, nous avons réalisé qu'il y avait tellement plus à dire, tellement plus de contributions à l'arrière-ingénierie de ce qu'il croyait être les objets de Roswell. Depuis nous savons qu'il y a eu plusieurs accidents au Nouveau-Mexique, je me demande où sont les autres matériaux maintenant?
.
Source: PAOLA HARRIS EXOPOLITICS