...
...

samedi 18 septembre 2010

9/9 John Lear raconte tout... - FIN -


Las Vegas, Nevada. Avril 2008
                                                   
9/9: The End

John Lear:  Nous avons été admis personnellement. Il nous a dit tout ce qu'il savait. Et si vous le cherchez sur Google... vous le googlez et il n'y a aucune trace du type !

Kerry Cassidy:  Donc, Bob Nathan a disparu d'après vous?

Cydonya Planète Mars; Visage et Pyramide
John:  Pour Google, oui. Je n'arrive pas à le trouver. Quand Bob travaillait à S-4 on lui a montré une photo de ce qu'ils appellent " Cydonia", il y a des pyramides et "Le visage" sur Mars. Les photos étaient très claires, et sur les pyramides, il n'y a pas de doute, il pouvait voir des portes, des fenêtres, des poignées de portes, tout. Donc, quand Bob a quitté S-4 nous sommes descendus à JPL pour lui parler.

Kerry:  Wow!

John:  Je veux dire que la photo montrait un lieu où les gens vivaient. Nous avons demandé à Bob Nathan s'il y avait eu d'autres photos de prises en dehors des deux que Hoagland et Di Pietro ont mises dans leurs livres. Il a répondu: A notre connaissance, non. Et nous avons dit: Et bien vous voyez, ces photos ont été prises à très basse altitude, est-ce que Viking est jamais allé plus bas que d'après les photos de Hoagland et Di Pietro? Nathan a répondu: Oui, mais on n'a pas fait de photos de cette altitude plus basse.
Kerry:  Okay.

John:  Cela nous en dit encore sur la compartimentation. Bob Nathan connaissait une partie de son programme, mais Bob Nathan n'est pas le chef de son programme. Il est juste le chef de file pour certaines parties de ce qu'il fait. Ce sont les types en Australie qui...vous savez, Canberra, qui reçoivent en première main les signaux qui indiquent exactement ce qui se passe.

Kerry: Oui.

John:  Nous avons une fille, Kathy Thomas, qui a travaillé à Goldstone. Elle nous racontait des drôles d'histoires, à Bob et à moi. Elle disait: On était assis là, attendant un signal de Mars, pendant 24 heures et ils envoyaient un message pour dire : Bon,  vous avez fini les retouches sur les photos? on en a besoin. Elle nous a invité tous les deux à Goldstone et nous a offert le grand tour, on est monté dans l'antenne et tous les autres lieux, c'était vraiment génial. Malheureusement elle a été transférée deux semaines après. Elle est partie travailler pour Raythéon, sur le site des tests. Je n'ai plus entendu parler d'elle depuis.

Kerry:  Wow!

John:  Mais Bob dit qu'il a des nouvelles.

Kerry:  Ah oui?

John:  Mais une fois que vous bossez là bas, vous ne parlez à personne. Par exemple si vous travaillez pour Space Command à Colorado Springs, quand on vous embauche, on vous dit de dire au revoir à tous vos amis parce que vous allez avoir de nouveaux amis. Ils veulent éviter qu'accidentellement, en rencontrant un vieil ami, vous disiez: Hey, tu ne devineras jamais ce que je fais maintenant!

Ils sont sérieux. Ils disent: Dites au revoir à vos vieux copains car il n'est pas question de les revoir.  C'est comme ça qu'ils évitent les racontars.

Kerry: C'est incroyable.

Bill: Vous dites: on a montré à Bob Lazar des photos détaillées de Cydonia à S-4 quand il y travaillait?

John: Oui, oui. Les photos des pyramides et...

Kerry:  Savez-vous pourquoi on lui a montré?

John: Ça faisait partie de son briefing. Ils lui ont dit: Ce sont les bases que l'on avait sur la Lune, et la base que nous avions sur Mars.

Bill: Que se rappelle-t-il sur ce qu'on lui a dit sur la base de Mars? Vous savez, sa fonction, sa taille et qui s'y trouve?

John: Rien. Je vous ai dit tout ce qu'il m'a dit. Et c'est juste qu'on lui a montré la photo. On est descendu pour demander à Nathan et c'est tout ce qu'il savait. Quand vous décidez de ce que vous prendrez comme recherche, c'est tout ce qu'ils vous disent.


Et ce qu'il voulait faire c'était la rétroconception de la propulsion. Ils ne vous briefent pas sur autre chose.

Je voulais aussi parler à Dan Burish sur... Vous savez, ce qui m'a fait croire Dan Burish, c'était le détail des formalités.  Quand vous sortez de l'avion, qu'est-ce qu'ils font? Dan Burish... j'ai vu cette bande vidéo et il a passé une heure à dire exactement ce qu'ils font. C'était si détaillé ! Je ne vois pas comment on ne peut pas y croire.

Kerry: Oui.

John:  Je veux dire que vous ne pouvez pas inventer ces trucs sur la façon dont vous êtes escorté là bas, le changement des gardes et tout ça. Et il a dit... qu'il était pesé. Ils sont pesés à l'entrée et à la sortie et ce que je veux lui dire, c'est que ça a commencé il y a quelques années à cause de Bob Lazar [en riant]
Pour l'un de ses voyages il avait emmené un petit appareil photo110, et ils ne les fouillaient pas à l'époque. Il est entré dans S-4 avec. Il avait une chaise, il s'est adossé en arrière et l'a mis dans l'un des pieds. Il devait prendre une photo et l'apporter. Mais il a eu son problème avant de pouvoir le faire et après qu'il soit parti, quelqu'un a trouvé la caméra ! C'est là qu'ils ont commencé à peser.[rires]

Kerry:  [rit aussi] Quelle histoire! Ok John, encore une question. Vous avez piloté pendant des années et des années comme pilote de grandes compagnies, ok? Avez-vous jamais vu un ovni quand vous pilotiez?

John:
Vous savez, comme je l'explique, quand vous volez vous ne cherchez pas des ovnis. Vous regardez les instruments et vous voyez où vous allez, ou bien, ce qui est mon cas,  vous dormez. Et puis la nuit, quand c'est plus facile de voir des ovnis, vous ne regardez pas dehors. Primo vous avez un tableau de bord très éclairé qui se reflète dans la vitre, avec toutes sortes de réflexions autour. Vous faites attention à ce qui se passe ou alors comme moi, vous dormez.
Donc, ce n'est pas évident. Vous ne feriez pas attention. Vous n'auriez pas la CHANCE de voir un ovni. Il faudrait que vous colliez votre visage contre la fenêtre, vos mains autour des yeux, et qui va faire ça?

Kerry: Juste.

John:
  mais oui, c'est arrivé deux fois.

Kerry: [rires]

John: la première, en 1966, sur la descente à Los Angeles dans un jet Lear, au dessus de Palm Springs sur la longue descente de Panning Pass.  Je descendais et j'ai vu un objet blanc qui allait de gauche à droite devant moi. ça avait l'air d'un M2-F2 et c'est "la baignoire volante" vous savez celle que l'homme qui valait 7 milliards a écrasée?
Vous vous souvenez de cette série? Il n'y avait pas de moteur. Il y en avait un petit, mais pour atterrir. ça ressemblait à une baignoire.

Kerry:
  Vous vouliez dire l'homme qui valait 6 milliards?

John:
  Et quand j'ai atterri, j'ai pris la peine d'appeler le chef des pilotes de Lear Jet, Hank Beard, et j'ai dit: " Hey, tu ne vas jamais croire ce que j'ai vu! Le M2-F2 m'a dépassé aujourd'hui en allant sur Palm Springs." C'est seulement des années plus tard que j'ai compris combien c'était ridicule! Qu'un M2-F2 vole  sur la voie d'approche principale de l'aéroport international de Los Angeles! Ils ne pilotent ce truc que dans le désert. Donc c'était bien autre chose.

Kerry:  Donc par deux fois... ça fait une.

John: Puis, dans un Lockeed L1011, ici, juste avant ma retraite, avec KittyHawk International, en direction de l'ouest, au dessus du midwest. Non, plutôt au sud de Chicago, je regardais au sud... et bien sûr, les collègues avec qui j'étais... voyez, personne ne s'intéressait aux ovnis. Ils ne voulaient rien savoir. Ils ne voulaient pas que je leur montre quoi que ce soit. De plus, habituellement, je dors. Mais justement, j'étais éveillé cette fois ci.

Il faisait très très sombre, et tout était très calme et j'ai vu cette chose arriver comme ça et partir très très loin [fait des bruits d'explosion en montrant vers le haut] hors de l'atmosphère. Je me suis dit: Wow! c'était vraiment quelque chose! Puis j'en ai vu un autre. BOUM, de l'autre coté. J'ai dit: hé bé, c'est vraiment quelque chose! je devrais dire à ces types mais dés que je le fais, il n'y aura plus rien et j'aurais l'air d'un imbécile. Et puis en voilà un troisième, BOUM! Et je me dis: Bien, je vais essayer et j'y vais: hé les gars, je voudrais que vous regardiez quelque chose par ici.
Nous regardions et une cinquième boule est arrivée, elle a fait BOUM et tous les deux se sont assis en disant: Put..n je n'ai jamais vu de truc pareil!
C'était ça la deuxième fois, et c'était vraiment bien ,parce qu'ils l'ont vue tous les deux. Aucun doute.

Kerry: Wow! Incroyable.

John:  Ils étaient tous deux en état de choc.

Kerry: C'est génial.

John:  Et voyez, c'était vraiment un ovni, trop petit pour voir ce qu'il...

Kerry: Quelle année était-ce?

John:
  Ça devait être en 98 ou 97.

Kerry:
  Ah, pas si loin.

John:
  Donc, je suis sûr que c'était à nous.
Area 51


Okay. Les gens disent: Il y a des soucoupes, des reptiliens, des bases secrètes et des satellites secrets et on a fait nous- même le 11 septembre, nous nous sommes bombardés. Et il y a les guerres, et vous dites que des guerres nucléaires arrivent. Alors? que sommes-nous supposés faire avec tout ça? A quoi ça rime?



Le seul point valable est d'essayer d'avancer dans votre propre vie. Et une façon d'avancer est d'essayer de vivre votre vie sans jalousie, sans haine et sans avidité. C'est vraiment tout ce que nous pouvons faire. et de passer autant de moments que vous le pouvez avec votre famille. Nous ne pouvons pas être responsable pour les méchants. Nous ne pouvons pas être responsable pour les enfants qui ont tant de mal dans le monde. Nous ne pouvons pas être responsable des guerres nucléaires si elles ont lieu.
Tout ce que l'on peut faire, c'est d'être responsable de nous même et de vivre nos vies simplement et de dire à chaque membre de notre famille combien nous les aimons. J'essaie de vivre sans avidité, sans haine ni jalousie, mais il y a un bon paquet de trou du c.... parfois...[rit]

Kerry: C'est super!  Ce sera notre mot de la fin.

... Pause Déjeuner

John:  Pourquoi êtes-vous inquiets?

Kerry: Nous avons peur de perdre...

Bill:  Nous avons peur de perdre "du croustillant" quand nous ne filmons pas.

John: [rit] Parce que je ne suis pas branché.

Bill: Parce que s'il n'y a pas de micro, c'est perdu à jamais et on pense l'avoir almors que c'était pendant la pause. Nous devons contrôler l'environnement ici, c'est pourquoi...

John: C'est juste.

Bill:
C'est si facile d'oublier. Ça fait: Ahrr...c'est comme quelque chose dont vous avez parlé pendant le déjeuner! 

Conversation pendant le déjeuner. Audio seul.

John:  Il dit: Tu l'as envoyer balader il y a quelques années, elle était venue et tu lui as dit... d'aller voir ailleurs.

Kerry:  [rires]

John: Alors j'ai quand même appelé Angela, et comme par hasard, elle donnait un cours complet deux semaines plus tard.  Je voulais prendre ce cours de vision à distance parce que je ne suis nullement voyant, je ne sais pas quand ma femme est en colère. [Kerry et Bill rigolent] je ne sais pas quand on va sonner à la porte, je ne sais pas quand le téléphone va sonner. Et je voulais savoir si j'étais capable de voir à distance. La réponse était: POSITIF! Absolument. J'étais stupéfait de ce que je pouvais faire.

Kerry: C'est merveilleux.

John:  chaque jour l'un de nous devait envoyer aux autres, leur donner une destination. et quand mon tour est venu, je leur ai envoyé: Vénus et je n'ai donné aucune information à l'avance.

Kerry:  J'ai suivi cette formation.

John:  Je n'ai rien dit. Et à la fin, c'en était risible, parce que tout le monde.. quand ils se sont calmés...Ils ont dit: Wow! quel endroit! J'aimerais bien y aller, parce que c'est très beau là bas.

Kerry: Ah! c'est génial.

John:  C'était vraiment satisfaisant d'avoir pu faire ça.

Kerry: C'est cool. Oui.

John:  Dans les années cinquante, on a eu quelques types de la Navy qui se sont servi d'un ballon pour vérifier l'atmosphère de Venus. Ils ont dit qu'il y a probablement une atmosphère et même la vie là bas. Donc, quelle qu'en soit la raison, Il fallait y mettre un terme.
Ma théorie est qu'ils ont mis un général autour d'une table avec ses conseillers et il leur disait: Voici le plan. Nous devons être sûrs que personne ne croira  que la vie existe sur Vénus, donc donnez-moi des idées. Brainstorming! Et un type commence: Que dites-vous d'une atmosphère d'acide sulfurique? Allez, il faut penser en dehors de la boite là, quoi d'autre?

Eh bien et les volcans? Des volcans en éruption? Mieux, il y a un volcan tous les deux kilomètres sur Venus, avec plein de lave tout autour.
Ok, encore une idée, que dites-vous d'une pression atmosphérique de 90 bars? Super! 90 bars de pression! Personne ne pourrait vivre avec 90 bars, 90 fois la pression terrestre! On a un super programme là.
Et l'un des capitaines dit: Vous savez général, je ne pense pas que quiconque puisse croire cette foutaise. Comment tout cela pourrait-il exister sur une planète si proche de nous? je veux dire, pourquoi il y aurait de l'acide sulfurique et des volcans qui explosent, et 90 ars de pression ! Et il répond: T'inquiètes pas mon garçon. Si on le crie assez fort et assez longtemps, ils le croiront !
Et voilà la naissance de la planète Vénus !

Kerry: Incroyable. C'est un scénario plausible, que vous venez de décrire.
Image radar de Fotla Corona, une corona de 200 km de diamètre à la surface de Vénus-Sonde Magellan (1994)
John: Et bien tous les deux, Menger et Adamski...je crois qu'ils l'ont vu ou sont allés là bas.

Kerry:  Il y a aussi la rumeur d'un aliène 'apparence humaine à la Maison Blanche?

Bill: C'est Vaillant Thor. C'est lui, l Etranger du Pentagone.

John: Val Thor? Val Thor, oui.

Bill: Ouep, val Thor. C'est Frank Stranges qui a écrit un livre: Un Etranger au Pentagone et si je me souviens bien (je ne l'ai pas lu) Val Thor venait de Venus. C'était avant leur décision d'éliminer  l'histoire de Venus.

Kerry:  C'est ça.

Bill:  Que savez-vous là dessus?

John: Seulement que son vaisseau- le vaisseau de Val- était sensé être garé ici à Lake Mead. J'ai les coordonnées ici, vous pouvez y aller et voir où c'était. C'est tout ce que je sais sur Val Thor.

Bill. Nous avons interviewé Bob Dean, juste après notre première interview avec vous, vous devez le connaitre, quel homme merveilleux. D'après lui, les aliènes que les autorités craignent le plus sont ceux que l'on ne peut distinguer des êtres humains.

Kerry: c'est vrai.

Bill: Et qui allaient et venaient dans les couloirs du Pentagone, et au gouvernement, et chez les militaires, et vous savez... dans la rue, vous ne verriez pas la différence. En avez-vous entendu parler?

John:  Il y a des aliènes comme ça. Mais le problème c'est que nous avons fait alliance avec les mauvais. Nous pensons que les gris sont nos ennemis Et c'est pour ça que nous avons construit ces 12... au moins 12... plateformes spatiales armées, pour les armes à énergie directe qui entourent le globe maintenant. On a commencé en 1968, avant même Apollo et on a continué à construire depuis.

Et leur intention est (et quand je dis leur ou ils, je parle des Nasty-Nasa-Nazis) s'ils ne peuvent pas se débarrasser des Gris, ils vont faire sauter la Terre. Parce qu'ils ne veulent pas que les Gris possèdent ce qu'ils considèrent comme un prix remporté. Ils ne comprennent pas qu'il y a des milliards de Terres. Il y a des milliards de Terres semblables à la nôtre, à tous les stages de développement et ils pensent qu'ils vont détruire la Terre, ils ont tout faux.
L'une des premières choses que Bob  m'a dite ce soir là: il avait vu un message que l'on a envoyé aux propriétaires des Gris. C'était: Ou vous nous aidez à nous débarrasser des Gris ou bien personne n'aura la Terre.

Et quand Bob m'a raconté sur cette super arme que nous avons qui peut détruire un continent de la taille d'une demi Amérique du sud, et bien depuis j'ai entendu des gens très informés dire: Oui, nous avons des armes très redoutables, je ne suis pas sûr de la tournure que cela prendra.
Donc, le plan  c'est que ceux qui dirigent tout ça vont détruire... le plan, c'est de nous détruire tous s'ils ne peuvent éliminer les Gris. Et inutile de vous dire qu'ils ne se débarrasseront pas des Gris. Les Gris sont absolument PARTOUT!

Kerry: oui.

John:  Je ne peux pas dire qu'ils sont bénéfiques, ils ont un travail à faire, et c'est d'être responsables des " récipients" Des fois c'est bien et des fois pas. Mais c'est leur travail. Et absolument PERSONNE n'empêchera ça. Alors ils vont plutôt sûrement nous protéger d'une catastrophe qui va venir. Mais en attendant.. la Nasty-Nasa...

Kerry:  Et les reptiliens?

John:
C'est un deal à part, j'en suis sûr.  Ils ont leur propre civilisation. Ils sont probablement sous-terre.

Kerry:  Oui, mais vous savez bien qu'il y a plusieurs races de Gris, non?

John: Oui, il y en a plein et il y a plein de reptiliens. Ron Schmidt et moi avons parlé à un type, un scientifique, à l'aise dans toutes sortes de conversations, et il nous a relaté sa première rencontre avec un reptilien. C'était si incroyable, il travaillait en face du labo. Il a juste regardé ce type et lui a posé une question. Il dit que la deuxième paupière s'est fermée pendant une seconde !

Bill:
  On a été contacté par un scientifique, le neveu de l'un des anciens directeurs de la CIA. C'est un type très solide et intelligent, il est allé à Dulce pour un boulot technique. C'est de là qu'est partie la conversation. Dans son briefing pour Dulce, on lui disait quoi faire s'il rencontrait un reptilien. Ça faisait partie du briefing comme n'importe quoi d'autre.

Si vous rencontrez l'un d'eux, vous laissez tomber vos mains avec les paumes ouvertes pour montrer un geste de supplication, ce qui prouve que vous n'êtes pas menaçant. I disait que c'est ce que l'on fait avec les reptiliens et ils vous laissent tranquille. Et il en a rencontré un. Il a rencontré un reptilien qui communiquait silencieusement avec un Gris. Il a fait ce qu'on lui avait dit. Il a ajouté que cette grande créature était impressionnante, arrogante, froide, et donnait l'impression qu'il pouvait vous tuer d'un simple coup.

John: Euh... euh..

Bill: Alors, il a reculé... lentement et c'était cool. Il nous raconte ça comme n'importe quoi d'autre. Est-ce que ça colle avec ce que vous savez?

John:  Absolument. 100%... comme beaucoup d'histoires...



Fin de cette interview produite et dirigée par Bill Ryan et Kerry Cassidy, Projet Camelot.



____________________________________________________________ 
Source: http://icietmaintenant.fr/SMF/index.php/topic,2366.75.html

John Lear (1)
John Lear (2)
John Lear (3)