...
...

mercredi 3 novembre 2010

Ce matin, le Président Barack Obama mis au courant d'une possible intervention Ovnis à FE Warren Air Force Base, Wyoming

source: http://ufoetscience.e-monsite.com/rubrique,interference-ovni-ou-pas,573379.html
___________________________________________________________________
Merci à Atlantis.com

Barack Obama 3 nov 2010
source: Ken PFEIFER MUFON NEW JERSEY

WWW.WORLDUFOPHOTOS.ORG


Le président Obama a été informé ce matin d' une panne de courant d'ingénierie à FE Warren Air Force Base dans le Wyoming qui a concerné 50  missiles balistiques intercontinentaux nucléaires (ICBM), un neuvième de l'arsenal de missiles des États-Unis, temporairement hors ligne samedi.
La base est un point principal  des forces nucléaires stratégiques des Etats Unis. La 4ème escadre y a son siège, contrôlant 150 missiles balistiques nucléaires Minuteman III. Ils sont en alerte permanente et sont logés dans une variété de bunkers à travers plusieurs Etats.
Samedi matin, selon les gens informés sur ce qui s'est passé, un escadron d'ICBM sont soudainement tombés dans ce qu'on appelle un statut "LF Down, ce qui signifie que les ceux qui manipulent les missiles dans leurs bunkers ne pouvaient plus communiquer avec les missiles eux-mêmes. Cela signifie également que les différents protocoles de sécurité intégrés dans le système de lancement de missiles, comme les alarmes d'intrusion et les alarmes de séparation d'ogives, ont été déconnecté.
Dans le statut "LF Down"   les missiles sont toujours techniquement en mesure de lancement, mais ils ne peuvent être contrôlés par une commande de contrôle aérien et de plate-forme comme le Boeing E-6 NAOC"rotule", les avions E-4B  NAOC ou peut-être la flotte TACAMO, qui est principalement utilisée pour communiquer avec les sous-marins nucléaires.
Si le pays avait été placé en état d'alerte, ces plateformes auraient fonctionné automatiquement parce que les fréquences utilisées pour transmettre les codes nucléaires se connecteraient avec des systèmes séparés, selon les responsables .
Selon les officiels, les ingénieurs estiment qu'un ordinateur central qui commande le lancement (LCC), responsable d'un paquet d'au moins cinq missiles, habituellement dix d'entre eux, a commencé à faire un bruit métallique hors séquence, entrainant une montée du "bruit" dans le système.
L'ordinateur central qui commande le lancement (LCC) interroge chaque missile en séquence, donc si ils commencent à envoyer des signaux quand ils ne sont pas censés le faire, les récepteurs sur les missiles eux mêmes le remarquent et envoient des codes d'erreur.
Puisque le LCC tintait hors séquence occasionnellement, les techniciens qui manipulent les missiles ont essayé des dépannages rapides. Mais comme de plus en plus de missiles ont commencé à afficher des messages d'erreur, ils ont décidé de débrancher la totalité des 5 LCCs auxquels était connecté le centre en dysfonctionnement. Ce qui laissa 50 missiles dans le noir. Les techniciens ont alors redémarré l'un des LCCs qui a commencé à interroger normalement l'émetteur-récepteur de missiles. Trois autres LCCs ont été redémarrés avec succès. Le LCC suspect reste débranché.
Les commandants de la Base de la Force aérienne ont envoyé des notes d'avertissement à leurs collègues des deux autres centres de commandes de missiles nucléaires du pays, ainsi qu'au Centre de Commande Militaire National à Washington. A ce moment, ils ne connaissaient pas ce qui causait la panne, et ils ne savaient pas si les autres systèmes de missiles avaient des symptômes similaires.
Selon les responsables, les ingénieurs ont découvert que des défaillances similaires de l'informatique avaient provoqué une défaillance en cascade similaire il y a 12 ans à Minot AFB au Dakota du Nord et Malmstrom AFB dans le Montana. Cette pièce informatique est le principal suspect.
Le  responsable  de la Défense a déclaré qu'il n'y avait pas eu de panne de courant, bien que le fonctionnaire ait reconnu que cette explication avait fait son chemin par la voie des affaires publiques. Les ingénieurs travaillant sur le système ont présenté l'ébauche de leurs premières conclusions cet après-midi, a-t-il précisé.
Un fonctionnaire de l'administration, en parlant de la capacité du président à contrôler les forces nucléaires, a déclaré: "A aucun moment,  la capacité du président n'a été diminuée".
Cependant, le responsable des Etats-majors joints, l'Amiral Michael Mullen, a été immédiatement notifié samedi, et lui, à son tour, a informé le Secrétaire de la Défense Robert Gates.
"Il ne s'est jamais produit quelque chose d'aussi important" a déclaré un officier qui a été informé de l'incident. Parfois nous en avons un ou deux qui peut clignoter, et plusieurs têtes sont régulièrement hors service pour maintenance. A l'extrême nous pouvons en  avoir 5,6 ou 7 en même temps mais nous n'avons jamais perdu le contrôle total et la fonctionnalité de 50 missiles balistiques intercontinentaux.
L'armée affirme que le commandement et le contrôle -- "C2" dans leur jargon -- n'ont pas été  perdus.
Une porte-parole de la Force aérienne, Christy Nolta, a déclaré que la panne a duré moins d'une heure. "Il y a eu une interruption temporaire et les missiles eux-mêmes ont toujours été protégés par des dispositifs de sécurité et de commande et de contrôle multiples, redondants et sûrs. A aucun moment il n'y a eu un danger pour le public, dit-elle.
Un autre responsable militaire a déclaré que la défaillance a déclenché un protocole d'inspection d'urgence, et que des sentinelles ont été dépêchées pour vérifier en personne que tous les missiles étaient en sécurité et bien protégés.
Lorsque en état d'alerte, les missiles sont la propriété de l'US Strategic Command qui contrôle toutes les forces nucléaires. Lorsqu'ils ne sont pas pas en état d'alerte, les missiles sont sous le contrôle d'un organisme subordonné, le Global Strike Command.
Un porte-parole de la Maison Blanche a renvoyé les questions sur l'incident au Bureau du Secrétaire de la Défense et de la Force aérienne. Un porte-parole du Commandement Global Strike n'a pas immédiatement répondu à des questions.
La cause de la panne reste inconnue, même si elle est soupçonnée d'être une brèche dans les câbles souterrains en profondeur sous la base, selon un haut responsable militaire.
Il est presque impossible pour ces systèmes d'être piratés, donc l'armée ne croit pas que  l'incident ait été causé par des acteurs malveillants. Une demi-douzaine de silos individuels ont été affectés par la panne de samedi.
Il y a environ 450 missiles balistiques intercontinentaux dans l'arsenal nucléaire américain, certains d'entre eux portant des ogives multiples. 150 sont basés à Minot et environ 150 sont logés à la base aérienne de Malmstrom au Montana.  L'échiquier de la dissuasion nucléaire, un truc intellectuel comme une sorte de jeu théorique qui remonte à la guerre froide, est fondé  sur ces missiles capables de cibler des endroits menace spécifique à travers le monde. Si un escadron descend, cela signifie que d'autres missiles ont à prendre la relève. Le nouveau traité START permettrait de réduire le nombre de ces missiles de 30 pour cent, mais les coupes sont fondées sur la santé de l'arsenal nucléaire actuel, depuis les ogives jusqu'au système de livraison de commandement et de contrôle.
Un fonctionnaire de l'administration a déclaré que « en faire trop serait faire du sensationnalisme. Ce n'est pas une si grande  affaire. Tout a fonctionné comme prévu."
Les républicains du Sénat ont fait pression sur les démocrates du Sénat pour dépenser plus d'argent pour assurer l'arsenal nucléaire stratégique, qui date du début des années 1980. Le traité exige la majorité des deux-tiers du Sénat pour être ratifié.
En 2008, Gates a viré le Secrétaire de l'Armée de l'Air et de son chef de cabinet, après qu'une série d'incidents ait suggéré à Gates que le service ne prenait pas ses fonctions nucléaires suffisamment au sérieux. À un moment donné, un bombardier B-52 a survolé la zone continentale des États-Unis sans se rendre compte que ses armes nucléaires ont été «chaudes».
Megan Scully du "National Journal"  a contacté un porte-parole pour le sénateur Jon Kyl, un critique de START, qui a dit que "Nous ne savons pas ce qui s'est passé ni pourquoi." Le porte-parole a refusé de commenter "les rapports des médias."
Remarque de Ken : Mon fils était en poste à FEWarren AFB pendant 6 ans à la police de sécurité. Son travail consistait à aller sur les sites de missiles et d'étudier les problèmes avec les sites et contre les infractions dans les zones interdites. Warren AFB est dans le Wyoming Cheyenne..