...
...

jeudi 11 novembre 2010

--)))))))Les Ondes de la Mort((((((((===

012-03
Le 06 août 2003Guerre en Irak : les « coalisés » ont-ils fait usage des armes à énergie dirigée ?
Dans son ouvrage intitulé «Les Ondes de la Mort » (voir la rubrique « Publications de notre site http://depris.cephes.free.fr ), le président du CEPHES avait consacré son chapitre 4 aux armes dites « RF/MO » (RadioFréquences-MicroOndes), l’un des groupes d’armes appartenant à la famille des « armes à énergie dirigée » (qui comprend aussi les lasers-masers et les canons à particules).

De nombreuses sources dignes de foi permettaient de penser que l’armée américaine avait prévu de recourir aux armes « MFP » (Micro-ondes Forte Puissance) – aussi nommées « bombes EM » (pour « ElectroMagnétiques ») dans le contexte de la guerre menée contre le régime de Saddam Hussein. Ces armes devaient, à priori, permettre de neutraliser les moyens de transmission et de détection de l’armée irakienne.

Compte tenu de l’effondrement rapide (et prévisible) d’une armée irakienne qui n’était pas en état de combattre les forces américano-britanniques (et qui ne disposait pas d’armes de destruction massive !), il semble qu’il n’ait pas été nécessaire de recourir aux bombes EM.
Nous tenons cependant à apporter quelques précisions à propos des armes MFP dont nous savons qu’elles peuvent être larguées par des avions (bombes MFP) ou transportées par des missiles de croisière. Il devrait aussi exister une version MFP pour l’artillerie (obus MFP).

Le document reproduit ci-après constitue l’une des mises à jour (avril 2003) de l’ouvrage de Daniel DEPRIS (mise à jours du chapitre 4).

Il s’agit d’un article publié par la presse belge (groupe « Sud Presse ») en date du 25 mars 2003. Il est relatif aux armes à énergie dirigées (armes MFP). C’est un article assez sommaire mais qui constitue néanmoins une information générale assez correcte sur ce sujet.

L’élément le plus intéressant de cet article est son illustration (infographie David Holemans). Elle s’inspire de documents tels que ceux qui ont été reproduits dans notre chapitre 4 et montre ce qu’est une « bombe EM » (bombe MFP) destinée à être larguée par avion. C’est une arme appartenant à la famille des « compresseurs de flux ».
Les bombes EM sont déjà fabriquées en série par plusieurs industriels américains de l’armement. Elles font d’ores et déjà partie de l’équipement de plusieurs unités de l’US Air Force et de l’US Navy. Une version « artillerie », pouvant être tirée par des canons lourds, est prévue pour l’armée de terre. On ignore actuellement le coût de ces bombes mais les militaires semblent considérer que leur rapport « qualité-prix » (potentiel de destruction par rapport au coût de l’engin) est très intéressant.

Les bombes EM sont destinées à remplacer les bombes nucléaires de faible puissance (bombes à usage tactique).




On aura noté que le document infographique extrait de la presse belge fait état des principaux effets que les rayonnements générés par les bombes MFP peuvent produire sur la santé des êtres humains et de diverses espèces animales. Ces dommages très graves sont considérés par les militaires comme des « effets secondaires » !
Quoi qu’il en soit, les bombes EM peuvent parfaitement être utilisées comme armes « antipersonnel ».

Pour plus de détails à ce propos, on se réfèrera à l’excellente émission qui a été diffusée par FRANCE INTER en date du 17 novembre 2002. Elle s’intitulait « La guerre propre » et elle avait été très largement inspirée par le livre de Daniel DEPRIS (qui a participé activement à l’émission) – Voir notre site Internethttp://depris.cephes.free.fr


Nous avons, par ailleurs, cru utile de rendre publique une autre mise à jour (février 2003) du même ouvrage. En voici le texte :

Mise à jour du

Le document qui constitue la présente mise à jour est un courrier électronique qui a été transmis à un journaliste de la presse spécialisée. Il est reproduit tel qu’il a été reçu, dans sa version anglaise d’origine.
Il est relatif à l’utilisation des armes électromagnétiques dans le contexte des actions de guerre menées par les Etats-Unis d’Amérique.
DEPARTMENT OF DEFENSE
HOW IT WORKS: (1) THE PAYLOAD. Tomahawk cruise missiles could carry microwave weapons; (2) THE DAMAGE. The electrical surge can fry the electronics needed to deliver enemy weapons of mass destruction America's Ultra-Secret Weapon
Mark Tompson Posted Sunday, January 19, 2003; 10:31 a.m. EST
Every war has its wonder weapon. In Afghanistan, it was the Predator, the unmanned drone that would loiter, invisibly, over the battlefield before unleashing a Hellfire missile on an unsuspecting target. The Gulf War marked the debut of precision-guided munitions, and in Vietnam helicopters came of age. World War II gave us the horror of nuclear weapons, and World War I introduced the tank. If there's a second Gulf War, get ready to meet the high-power microwave.
HPMs are man-made lightning bolts crammed into cruise missiles. They could be key weapons for targeting Saddam Hussein's stockpiles of biological and chemical weapons. HPMs fry the sophisticated computers and electronic gear necessary to produce, protect, store and deliver such agents. The powerful electromagnetic pulses can travel into deeply buried bunkers through ventilation shafts, plumbing and antennas. But unlike conventional explosives, they won't spew deadly agents into the air, where they could poison Iraqi civilians or advancing U.S. troops.
The HPM is a top-secret program, and the Pentagon wants to keep it that way. Senior military officials have dropped hints about a new, classified weapon for Iraq but won't provide details. Still, information about HPMs, first successfully tested in 1999, has trickled out. "High-power microwave technology is ready for the transition to active weapons in the U.S. military," Air Force Colonel Eileen Walling wrote in a rare, unclassified report on the program three years ago. "There are signs that microwave weapons will represent a revolutionary concept for warfare, principally because microwaves are designed to incapacitate equipment rather than humans."
HPMs can unleash in a flash as much electrical power-2 billion watts or more-as the Hoover Dam generates in 24 hours. Capacitors aboard the missile discharge an energy pulse-moving at the speed of light and impervious to bad weather-in front of the missile as it nears its target. That pulse can destroy any electronics within 1,000 ft. of the flash by short-circuiting internal electrical connections, thereby wrecking memory chips, ruining computer motherboards and generally screwing up electronic components not built to withstand such powerful surges. It's similar to what can happen to your computer or TV when lightning strikes nearby and a tidal wave of electricity rides in through the wiring.
Most of this "e-bomb" development is taking place at Kirtland Air Force Base in Albuquerque, N.M. The Directed Energy Directorate at Kirtland has been studying how to deliver varying but predictable electrical pulses to inflict increasing levels of harm: to deny, degrade, damage or destroy, to use the Pentagon's parlance. HPM engineers call it "dial-a-hurt." But that hurt can cause unintended problems: beyond taking out a tyrant's silicon chips, HPMs could destroy nearby heart pacemakers and other life-critical electrical systems in hospitals or aboard aircraft (that's why the U.S. military is putting them only on long-range cruise missiles). The U.S. used a more primitive form of these weapons-known as soft bombs-against Yugoslavia and in the first Gulf War, when cruise missiles showered miles of thin carbon fibers over electrical facilities, creating massive short circuits that shut down electrical power.
Although the Pentagon prefers not to use experimental weapons on the battlefield, "the world intervenes from time to time." Defense Secretary Donald Rumsfeld says, "And you reach in there and take something out that is still in a developmental stage, and you might use it.
Ce document confirme ce que nous savions depuis plusieurs années (voir chapitre quatre de notre ouvrage) et fournit quelques indications supplémentaires en ce qui concerne l’utilisation tactique des armes électromagnétiques de type MFP.

On se reportera aussi utilement au fichier audio relatif à l’émission diffusée, en novembre 2002, par FRANCE INTER (« La guerre propre » avec la participation active du président du CEPHES). Ce fichier est fourni en complément de l’ouvrage de Daniel DEPRIS depuis décembre 2002. Il peut aussi être obtenu séparément (sur CD Rom).